Faites vrombir le moteur.

Deux start-uppers font avancer l'esprit de communauté.

Des bêtises plein la tête, la moto dans le sang, la technique au départ : Mark Roebke et Justin Bradshaw ont inventé une application unique baptisée REVER qui permet aux motards d'enregistrer leurs courses et de les partager avec des personnes qui partagent leur passion. Les deux fondateurs originaires du Colorado évoquent leurs ambitions et leurs objectifs dans un double entretien. 

Vous revenez juste d'un voyage à moto en Nouvelle-Zélande. Comment c'était ?

MARK : C'était le pied. On a participé à un rallye d'aventure de cinq jours, on a fait environ 300 km chaque jour. Parfois les routes étaient goudronnées, d'autres fois c'était des pistes de gravier ou des sentiers. On a montré aux participants comment naviguer avec l'application REVER. 

+ Plus

Faire de la moto avec l'appli REVER : comment ça marche ?

JUSTIN : Activer le suivi, partager, découvrir et faire partie d'une communauté : voici les principales fonctions de l'application.

On peut l'utiliser pour suivre ses balades et les partager avec des membres de la communauté pour qu'ils puissent les découvrir et les faire à leur tour. L'idée est de motiver les motards à découvrir de nouveaux circuits et destinations. Avec des amis par exemple. On peut aussi trouver de nouveaux groupes de motards.  

+ Plus

Les principales fonctions de l'application Rever.

En savoir plus

« REVER », ça ressemble à un mot inventé.

Mark Roebke est Chief Technology Officer chez REVER. Il a toujours son smartphone dans la poche et documente toutes ses balades.

« REVER », ça ressemble à un mot inventé.

JUSTIN : En fait c'est un vrai mot en français : rêver, et une allusion à « to rev » en anglais, qui veut dire tourner. On trouve que ça sonne bien. Évidemment, on ne le prononce pas avec l'accent français. Ça nous fait penser à un moteur qui vrombit. 

+ Plus

Vous avez grandi dans une famille de motards. Comment c'était ?

Pour Justin Bradshaw, Chief Executive Officer chez REVER, le Colorado est un paradis pour les motards du fait de son énorme réseau de routes et pistes.

Vous avez grandi dans une famille de motards. Comment c'était ?

JUSTIN : Mon père, mon frère, mon oncle, mes enfants : tout le monde conduit des motos. Ça nous rassemble. On découvre des endroits de notre pays et du monde qu'on aurait jamais vus autrement. Quand j'avais à peine 15 ans, j'allais à l'école à moto sans permis. Pour être précis, j'avais un permis d'apprenti. Mais mes parents me laissaient conduire sans être accompagné. 

+ Plus
«
La communauté mérite et a besoin d'un espace commun pour interagir.
»

Justin Bradshaw

Vous collaborez avec BMW Motorrad depuis 2016.

MARK : La collaboration a été amorcée par la réflexion prospective des employés de BMW Motorrad. On est fiers qu'une marque aussi dynamique et brillante nous ait contactés. Avant, il nous manquait un partenaire visionnaire dans l'industrie avec qui partager nos passions, nos idées et nos expériences. C'est génial que BMW Motorrad nous ait choisi quand on était une start-up et soit si réceptive à nos idées. 

JUSTIN : En fait, il y a pas mal de points communs entre le fabricant et nous : on promeut tous les deux l'esprit de communauté. La communauté mérite et a besoin d'un espace commun pour interagir afin de se réunir et de trouver de l'inspiration. On va faire avancer des technologies novatrices et rendre l'expérience de la moto accessible à encore plus de monde. 

+ Plus

On the road again : Justin et Mark ne sont pas les seuls à utiliser l'application - des motards de plus de 120 pays se sont déjà inscrits à REVER.

D'où est venue l'idée de cette application ?

JUSTIN : Par le passé, j'ai créé des cartes pour des motards sur papier. Puis on nous a demandé de les produire au format numérique. Ensuite l'affaire a changé de dimension car on a perçu le potentiel de créer une application pour la communauté des motards. Il existait déjà des outils de ce genre pour les randonneurs, cyclistes et skieurs. Mais rien pour les motards. On a flairé une opportunité et développé une application qui réunissait toutes les fonctions-clés utiles à un motard.

MARK : On a incorporé nos propres expériences de motards dans les fonctions. On sait de quel côté vient le vent et on roule presque tous les jours. Au Colorado, il y a plein de super routes. La région regorge de cols de montagne goudronnés, de pistes de gravier et de sentiers. 

+ Plus

À fond les manettes : Mark et Justin l'utilisent sur chaque portion de route.

«
Il n'y a pas grand-chose dans ma vie qui ne possède pas de guidon.
»

Mark Roebke

Quelle place pour la moto numérique ?

MARK : On collabore avec des fournisseurs de l'industrie de la moto sur ce sujet. Notre défi et notre tâche consiste à concevoir l'interface utilisateur et relier les différents éléments à un nœud. L'objectif est que l'utilisateur puisse interagir avec le véhicule high-tech à l'aide d'une seule application plutôt que quatre ou cinq différentes. 

+ Plus

Y a-t-il une vie sans guidon ?

MARK : Tout ce que je fais a besoin d'un guidon : moto, vélo et motoneige. Il n'y a pas grand-chose dans ma vie qui ne possède pas de guidon. Ça me plaît. Le travail devient bien plus agréable et productif quand on a la passion en soi. 

JUSTIN : Les motos c'est ma vie. C'est mon boulot et ma passion. Tout me ramène à ce sujet : les lieux, les perspectives, les gens. 

+ Plus

Le plaisir de rouler à moto dans les champs : les possibilités sont infinies au Colorado.

D'autres histoires susceptibles de t'intéresser.
Des motos appropriées.