Le système Paralever, alliant les fonctions de la suspension de roue arrière et de la transmission, supprime en grande partie les forces induites par l'entraînement par cardan, qui autrement entraîneraient le raidissement de la suspension pendant l'accélération. Ce moment vers le haut (connu sous le nom d'effet « rubber cow ») est compensé de manière efficace, alors qu'un bras oscillant conventionnel aurait besoin d'une longueur de plus de 1,4 m pour y parvenir. Cela constitue essentiellement une jambe de moment de type parallélogramme entre l'engrenage arrière et le châssis.
Avec le Paralever sur le moteur à pistons opposés actuel et la génération K, la jambe est liée par une articulation au-dessus du bras oscillant. Un des avantages de cette conception est la garde au sol considérablement supérieure au niveau de la roue arrière.
Le boîtier en alliage léger de la boîte de vitesses de la roue arrière est lié par une articulation avec le bras oscillant du Paralever à un seul bras, également en fonte d'alliage léger. Ce bras oscillant retient l'arbre à cardan. Une articulation à cardan universelle supplémentaire au point d'articulation de ce lien transfère l'énergie vers la transmission de la roue arrière, dont le boîtier est soutenu sur le châssis par une barre de poussée. De même, l'arbre à cardan est lié à l'arbre de sortie de la boîte de vitesses par une articulation universelle.
La cinématique du Paralever est conçue de manière à empêcher les changements de longueur, supprimant ainsi le besoin en pièces de déplacement. Un amortisseur de vibrations torsionnelles est intégré dans l'arbre à cardan pour un plus grand confort. Au point d'articulation sur le châssis en alliage léger avec les modèles de série K et sur le châssis en acier des moteurs à pistons opposés, le bras oscillant repose sur des roulements à billes coniques réglables ne nécessitant aucun entretien. Selon le type de moto, la roue conique sur l'essieu arrière transfère convenablement le couple d'entraînement. La plus grande roue conique (appelée roue de couronne) repose sur un roulement à billes rainuré à l'intérieur et sur un noyau d'enroulement à l'extérieur. L'ensemble de la chaîne cinématique est soutenu contre le châssis au travers d'une jambe de suspension centrale sur le bras du Paralever. La chaîne cinématique ne nécessite aucun entretien sur toutes les motos BMW, les motos à pistons opposés et les cylindres K-four. Les changements d'huile préconisés ne sont effectués que dans le cadre des inspections.
Allié à la conception du bras oscillant optimisée en termes de poids, et au grand alésage de 50 mm dans le tube d'essieu du boîtier de l'entraînement, cela entraîne une réduction considérable des masses non suspendues sur la roue arrière. Le châssis répond donc rapidement et sensiblement aux inégalités. L'alésage dans le tube d'essieu assure également une dissipation efficace de la chaleur du boîtier d'essieu arrière.
+ Plus

Encore plus de technologie en détail